Le chant printanier (Hat xoan) dans le vent de l’espoir

par | 21 Jan 2010 | Voyage Vietnam

Une trentaine de scientifiques du pays et étrangers se sont réunis le 16 janvier dans la province de Phu Tho (Nord) pour un colloque international sur le hát xoan (chant printanier) de Phu Tho.

Sous les auspices de Professeur-docteur d’ethnomusicologie vietnamien de France, Trân Quang Hai, ce colloque est considéré comme un événement culturel significatif dans la campagne de mise en valeur de cette culture immatérielle, sans oublier la constitution d’un dossier sur le hát xoan à soumettre à l’UNESCO pour que cet art folklorique soit inscrit sur la Liste des patrimoines immatériels nécessitant une sauvegarde urgente.

Les interventions des spécialistes étrangers affirment la valeur scientifique et artistique de ce chant mais ont aussi souligné le risque de disparition sans participation active et volontaire de la population à sa conservation.

Selon les Professeurs français Yves, sud-coréen Sheen Pea Cheol, thaïlandais Busakon Binson et vietnamien Trân Quang Hai, la protection du chant xoan devrait avant tout s’appuyer sur des programmes d’enseignement dans les écoles parce que malheureusement très peu de jeunes connaissent ce chant et encore moins savent l’interpréter.

Dans la province de Phu Tho où se trouvent les vestiges des rois Hung, fondateurs de la nation vietnamienne, le hát xoan ou le hát cua dình (chant à l’entrée de la maison communale) est entré dans les mœurs. À l’arrivée du printemps, à l’occasion du Nouvel An ou lors des fêtes villageoises, artistes et amateurs chantent pour honorer les rois fondateurs Hùng, les génies tutélaires des villages, la nature, la vie et le travail. Au-delà de leur chant se dégage encore l’aspiration de bénéficier d’un temps favorable aux cultures et des moissons abondantes.

Fêtes des rois Hùng à Phú Thọ - Vietnam

Fêtes des rois Hùng à Phú Thọ – Vietnam © Vietnam Institute of Culture ans Arts Studies

Dans le passé, Phu Tho comptait 18 villages de hát xoan. Les artistes locaux s’y produisaient, chacun avec son propre style. Depuis 1957, il n’est plus pratiqué que sur scène. Le temps presse car seuls les artistes âgés de 70 à 80 ans savent interpréter à merveille ce chant printanier, dont les paroles sont conservées à l’Académie nationale de la musicologie.

Récemment, le vice-Premier ministre Nguyên Thiên Nhân a demandé au ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme d’assister le Comité populaire de la province de Phu Tho dans l’élaboration du dossier sur le hát xoan dont la viabilité est en péril en dépit des efforts déployés par la communauté.

Une reconnaissance éventuelle par l’UNESCO devrait contribuer à sa visibilité et à la prise de conscience de son importance, à la poursuite de sa pratique et à sa transmission.

(Source: Le courrier du Vietnam)

Mini-Guide pratique Vietnam

Mini-guide pratique de voyage au Vietnam

Téléchargez le guide pratique Vietnam