Website Preloader
Website Preloader

Van Phuc et Hàng Gai sont des rues de la soie qui inspirent la fierté des Hanoiens et séduisent les visiteurs (voir une agence de voyage Vietnam). Ces « chemins de la soie » originaux contribuent à créer le charme de la capitale millénaire.

Le quartier Van Phuc situé au bord de la rivière Nhuê dans l’arrondissement de Hà Dông, à Hanoi est réputé pour la pratique du tissage de la soie. La légende veut qu’entre la fin du 7e siècle et le début du 8e, La Thi Nga, une femme issue d’une famille noble arriva à Van Phuc et transmit aux villageois son savoir du tissage de la soie. En l’honneur de cette dame, ils ont construit un temple dédié au génie tutélaire du village.

De la sériciculture au tissage de la soie

Auparavant, en plus du tissage, les habitants de Van Phuc nourrissaient des vers à soie et plantaient des mûriers blancs pour la fabrication de la soie. Au fil des ans, la population a préféré le tissage de la soie à la sériciculture. Les habiles artisans de Van Phuc réalisent désormais le dernier maillon du travail.

Les matières premières actuelles, comme les soies grège (soies brutes) sont fournies par d’autres régions séricicoles, dont Hà Nam, Bac Ninh et Bac Giang. Depuis l’époque féodale, les habitants de Van Phuc utilisaient plusieurs sortes de soies avec des méthodes ingénieuses pour coudre les costumes de cour. À l’époque coloniale, 3 artisans ont présenté des soies de Van Phuc à la foire de Marseille, en France.

« Les artisans de Van Phuc excellent à produire divers types de soies et nombre de brocarts aux motifs attrayants », dit avec fierté Nguyên Van Hùng, gérant de la coopérative de tissage de la soie Van Phuc.

Dans le tumulte des cliquetis provenant des métiers à tisser de l’atelier qui sert aussi de magasin, l’artisan renommé Triêu Van Mao a présenté la soie vân de Van Phuc.  » Il s’agit d’une sorte de soie supérieure tissée par des artisans extrêmement habiles », a révélé l’artisan. Elle est tellement douce et soyeuse, a insisté M. Mao. Selon lui, les motifs ornementaux des soieries de Van Phuc sont divisés en 4 groupes principaux : faune, flore, objets et dessins. La position des motifs sur la soie est très variée comme avec les 4 animaux légendaires (dragon, licorne, tortue, phénix), 2 dragons tournés vers la lune, 2 dragons aux côtés de 2 phénix, etc. « Ces motifs précieux ne sont pas réalisables par n’importe qui », a-t-il indiqué.

Chaque année, plus de 3 millions de mètres de soie, de brocart et des milliers de prêts-à-porter en soie de Van Phuc sont écoulés sur le marché. Les cliquetis incessants de plus de 1000 métiers à tisser révèlent les demandes abondantes. À présent, à côté des anciens motifs ornementaux, les artisans ne cessent de créer de nouveaux modèles pour satisfaire la clientèle.

Hàng Gai, un espace de la soie

Si le quartier Van Phuc se spécialise dans le tissage et le commerce de la soie, la rue Hàng Gai se concentre seulement sur le commerce. Cette rue de plus de 250 m se situe dans l’ancien quartier de Hanoi, à quelques pas du lac de Hoàn Kiêm (Épée restituée). Depuis des lustres, une kyrielle de petits magasins aux vitrines pimpantes attirent le regard des visiteurs et les invitent à découvrir et à acheter des produits en soie. Les touristes ne s’ennuient pas de leur visite à ces commerces dont l’originalité réside dans la décoration et la présentation de produits. L’hospitalité des vendeuses souriantes constitue un autre argument d’achat.

Éprouvé par le temps, le commerce de la soie à Hàng Gai semble être à son apogée pendant les années 1990, avec l’afflux de touristes étrangers au Vietnam. Rouleaux de soie, vêtements, chaussures, petits sacs coquets, foulards charmants, rien ne manque. Selon Nguyên Thi Hiên, propriétaire du magasin Hiên silk, les articles sont importés du village de Van Phuc, à Hà Dông (Hanoi), Thanh Hà (Hai Duong, Nord) ou à Bao Lôc (province de Lâm Dông, sur les hauts plateaux du Centre).

 

(Source: Le courrier du Vietnam)

Article original : Ces « chemins de la soie » si tentants de Hanoi